L’histoire du hamster domestique

Le hamster est devenu le rongeur domestique le plus populaire auprès des personnes de tous les âges. Pourtant, il n’y a pas plus de soixante ans, ce petit mammifère n’était connu que du monde scientifique, ou exposé dans des zoos. Aujourd’hui, cinq types d’animaux sont proposés à l’adoption.

Le hamster populaire entre tous est le hamster doré ou « syrien », qui reste le plus fréquemment adopté en dépit de la popularité galopante du Nain russe depuis quelques années. Ce dernier, très voisin du hamster de Campbell, est légèrement plus grand que le hamster de Roborovski que l’on ne trouve pas encore facilement. Le Nain de Chine reste également rare, car il est moins prolifique que son cousin de Syrie.

roborovski_hamster

Répartition géographique

  1. Hamster doré ou syrien (Mesocncetus auratus) Syrie, région du mont Aleppo. On ne sait pas quel en est le nombre, surtout depuis la découverte, en l’an 2000, d’une colonie à Kilis, à la frontière de la Syrie et de la Turquie.

  2. Hamster Nain russe (Phodopus sungorus sungorus) Est du Kazakhstan et sud-ouest de la Sibérie.

  3. Hamster nain de Campbell (Phodopus sungorus Campbelli) Russie, Mongolie et certaines régions de la Chine

  4. Hamster nain de Roborovski (Phodopus roborovskii) Russie, est du Kazakhstan, ouest et sud de la Mongolie et régions voisines de la Chine.

  5. Hamster nain de Chine ou rayé (Cricetulus grisais) Chine du Nord et Mongolie

Le hamster doré

La première mention du hamster doré et de ses moeurs apparut dans un livre publié au cours de l’année 1797, dans lequel les auteurs, Alexander Russell, physicien anglais, et son frère, retraçaient l’histoire naturelle de la région du mont Aleppo, en Syrie.

Ce ne fut toutefois qu’en 1839 qu’un animal fut envoyé à Londres ; officiellement reconnu, il se vit attribuer un nom scientifique. Cet individu, désigné comme le spécimen type, et qui fait encore partie de la collée i ion du Natural History Museum de Londres, était plus petit que le hamster doré domestiqué aujourd’hui.

Les premiers hamsters dorés observés hors de leur milieu d’origine furent introduits en Grande-Bretagne en 1880, par James Skene, ancien consul général de l’ambassade britannique en Syrie, qui rentra à Ediimbourg, en Ecosse, avec un petit nombre de ces rongeurs. Il continua à les élever pendant une trentaine d’années, mais ne suscita pas d’émules car sa colonie de petits mammifères finit par s’éteindre.

Ascension et popularité du hamster doré

Le hamster doré doit son nom à la teinte chaude de son pelage. Il existe maintenant dans de nombreuses variétés de couleurs.

La façon dont les hamsters finirent par se répandre et connaître la popularité est relativement curieuse. Dans les années 1920, le professeur Adler, de l’université de Jérusalem, qui étudiait la leishmaniose, maladie parasitaire, utilisa pour ses recherches des hamsters de Chine, et constata qu’ils ne se reproduisaient pas facilement. Lorsqu’il apprit qu’un de ses collègues scientifiques, Israël Aharoni, organisait une expédition dans la région du mont Aleppo, il lui demanda de rapporter quelques hamsters dorés dans l’espoir qu’ils se montreraient plus prolifiques. Aharoni se mit en route en 1930. Avec l’assistance de la population locale, il localisa un nid contenant une femelle et onze petits au fond d’un terrier de2.5 mètres de prolondeur, au milieu d’un champs de maïs.

Les animaux furent aussitôt transférés dans une boîte ; la mère, ayant alors tué l’un de ses petits, fut retirée. Un autre petit s’échappa, mais le groupe d’explorateurs put se mettre en route avec les neuf animaux restants. Cinq de ces derniers, après avoir rongé leur prison de bois, réussirent à s’enfuir.

Il ne restait qu’une femelle et trois mâles, qui prospérèrent dans leur nouvel environnement et produisirent, en un an environ, à peu près 150 descendants. Le professeur Adler emmena un couple de hamsters dorés en Angleterre – probablement dissimulés dans la poche de son imperméable – et les confia au professeur Hindle, qui étudiait également la leishmaniose ; les rongeurs se reproduisirent avec succès. Plusieurs couples d’entre eux furent alors confiés à la Zoological Society of London, en 1932. Cinq ans plus tard, le zoo céda les animaux en surplus à des éleveurs privés, grâce auxquels le hamster se répandit dans les loyers.

LE SAVIEZ-VOUS ? Jusqu’en 1971, les millions de hamsters élevés en captivité étaient tous issus du petit groupe d’animaux trouvés dans le champ de maïs, quarante ans auparavant, par Israël Aharoni. Même aujourd’hui, le hamster doré que vous achetez remonte peut-être à ces individus, car très peu de spécimens sauvages ont été introduits depuis dans les élevages – une douzaine d’individus furent importés aux États-Unis en 1971, et une femelle fut accueillie en Grande- Bretagne, en 1980 (elle se révéla stérile).


Scroll to Top